Comment la peur peut enfermer dans l’amour de soi et des autres

Certaines personnes ont une approche particulière de la spiritualité.
Elles veulent faire le bien à tout prix, aider les autres, être bienveillantes, etc.
Elles se créent elles-mêmes une aura d’amour rien que par leurs belles pensées.

Quand vous rencontrez l’une de ces personnes, vous pensez « quelle belle âme », je vois son amour dans son regard.
Au fil des discussions vous apprenez même qu’elle participe à plein de projets humanitaires, etc.
Jusque-là, tout va bien…

Mental et Amour

La réelle motivation de ces personnes ne nous concerne pas, il n’y a pas lieu de juger.
Bien sûr il y a celles qui le font dans le but d’obtenir quelque chose, la bonne conscience, le salut (ou le paradis) par exemple.
Dans ce cas n’y a pas d’acte gratuit envers autrui, puisqu’en réalité il y a bien un but personnel.

On est donc dans le faux, à chacun ses choix et ses expériences, tout est ok.
Pour celui qui reçoit ça ne change rien, il est toujours content de bénéficier de l’aide d’une âme charitable.

En dehors du piège évidant que je décris ci-dessus, il y a aussi « faire le bien » parce que c’est bien. Là aussi le mental garde le contrôle en évitant à la personne de trop réfléchir, donc d’évoluer par de réelles prises de conscience.

Un autre écueil possible, c’est le mental qui isole la personne avec des pensées du style « je suis complètement dans l’amour des autres, je suis bien au-dessus de tout cela ». En toute humilité, sincèrement. En gros, la personne se protège en se servant de l’amour comme carapace.

C’est lorsque nous comprenons que le chemin spirituel passe par aider son prochain, donc après avoir accepté de le faire, qu’il faut être très attentif. Le mental comprend vite qu’il est beaucoup plus facile de donner que de recevoir (un autre sujet qui mérite un article à lui tout seul). Là aussi, la simplicité c’est de donner, donner, donner, sans s’occuper de soi, de son propre cheminement.

Il est faux de croire que le fait de donner rempli à l’intérieur de soi un réservoir de « bons points » qui serviront à quelque chose.

Dans la charte de Vivre Sans Limites (lien), le premier point est «  À m’aimer sans conditions ». Nous aurions pu nous arrêter à ce point car c’est le plus important. Si un homme/une femme parvient à le réaliser pleinement dans sa vie, les autres points coulent de source, il devient inutile d’en faire la liste.

S’aimer c’est penser à soi en priorité. C’est avancer, évoluer, aimer, prendre des baffes, réussir, se tromper, échouer, être tout simplement Vivant. C’est en s’aimant pleinement que l’on peut aider les autres, et leur donner l’amour Vrai. Vu par le mental et l’éducation judéo-chrétienne, penser à soi d’abord est une démarche égoïste.

Parce qu’on mélange par exemple prendre la plus grosse part du gâteau (ce qui est égoïste), et prendre du temps pour soi, pour son bien-être, et avancer sur le chemin. D’un point de vue purement quantique, c’est en étant soi-même au mieux que l’on diffuse une énergie lumineuse qui va aider les autres.

J’en arrive au réel propos de mon article : la personne « pleine d’amour » qui s’intègre dans un groupe. Là il faut être réellement attentif. Ce qui suit je l’ai vécu moi-même. A la base on se dit, cette personne est tellement aimante qu’elle ne peut pas faire de mal. Consciemment c’est vrai, mais inconsciemment… On oublie facilement l’énorme nuance entre « aimer et avoir de la compassion pour tous » et « être juste, et dire ce que l’on pense ».

Endosser l’habit d’une personne Lumineuse c’est lourd de responsabilités. Parce qu’elle véhicule une image de modèle, de manière inconsciente on la croit sur ses paroles et ses actes. La variante « croire qu’une personne est Lumineuse » est tout aussi périlleuse. Si cette personne a peur, ne serais-ce que de décevoir, de faire du mal, de blesser en disant sa vérité, etc., reconsidérez votre vision des choses. Vous allez, elle et vous, elle et le groupe, perdre du temps dans une relation faussée.

Faussée par la peur de cette personne d’être vraie, de dire ce qu’elle pense. Cela ne la fera pas évoluer, et l’autre n’évoluera hélas pas non plus. Dans un groupe une telle personne conforte tout le monde, même ceux qui devraient entendre la Vérité et qui n’ont pas un comportement Juste. Son attitude sème le doute, sous couvert de l’amour et de la compassion, chez tout le monde. Aider l’autre c’est aussi et surtout communiquer avec lui, et appuyer là où ça fait mal pour l’aider à avancer.

Et si celui qui appuie là où ça fait mal se trompe ? C’est bien aussi, puisqu’en s’exprimant il recevra un retour qui lui permettra de comprendre que sa vision des choses est erronée. Aimer l’autre en le laissant dans l’erreur ça n’est pas aimer. Ne rien dire parce qu’on a peur de se tromper n’est pas aimer, ni faire preuve d’humilité. Le chemin spirituel avance sur un fin fil entre le bien et le mal. Aller trop d’un côté ou de l’autre c’est perdre son temps, ou se perdre tout simplement.

La suite est réservée aux membres.
Pour obtenir immédiatement le mot de passe : inscrivez-vous gratuitement.
(Si vous êtes membre, le mot de passe est rappelé dans chaque newsletter)

Commentaires

  1. Un article « vérité » que j’ai beaucoup de mal à vivre en ce moment.

    Je n’arrive pas à me défaire du mal être qui m’habite depuis plusieurs mois.Je vis une grande souffrance intérieure que je n’arrive pas à surmonter.J’ai des problèmes d’endormissements et des réveils nocturnes avec cauchemars fréquents.

    • Bonjour Brigitte,
      Peut-être as-tu besoin d’un accompagnement de thérapie psycho-corporelle pour aider à exprimer tes émotions, apprendre à refaire circuler ton énergie par la respiration,l’acupuncture, le QI gong ?
      Quelles croyances envers toi et le monde as-tu développé depuis ton enfance ?
      Puisque tu « n’y arrives pas » seule, je t’encourage à aller chercher une AIDE EXTERIEURE. Le meilleur t’attend quelque part mais c’est toi qui initie le mouvement de la « spirale ascendante ». Bonne route, Brigitte .
      Avec coeur,
      Eliane

  2. En effet, le fil est fin, mais quand l’acte de bienveillance pur se produit…. Son accord avec la résonance du collectif universel sera tel… Que l’individu s’y accordera tôt ou tard.. Car n’oublions pas que le temps du micrososme differe de celui du macrocosme.

  3. Merci beaucoup 🙂
    Comme toujours à point nommé merci beaucoup de cet article qui vient mettre en mots et conforter ce que je sens « juste », pour moi tout simplement 🙂
    belle journée et à bientôt

  4. Merci pour tous ces articles.Ce dernier me parle particulièrement en ce moment. Il ne suffit pas de vouloir etre Amour dans cet espace temps, faut-il encore arriver à s’aimer telque l’on est dans l’instant présent, même si cet instant est difficile à accepter. Nicole

Laisser un commentaire